les stades du jeu

Partager
Choisir une façon de jouer

1 C’est moi qui dirige

Un enfant adore habituellement être un chef! C’est en choisissant ses jouets, en les manipulant à sa façon et en dirigeant le jeu que l’enfant s’amuse le plus et apprend le mieux. Pour l’accompagner dans ses jeux…

  • Laissez-le choisir son jouet et l’explorer à sa manière.
  • Piquez sa curiosité en lui montrant comment fonctionne son jouet : « Regarde, quand tu appuies ici, le petit canard sort! »
  • Décrivez son jouet par sa couleur, sa texture ou sa fonction : « Oh! Tu as une belle voiture rouge! »
  • Félicitez votre enfant ou jouez avec lui une fois qu’il a commencé, en suivant ses idées et ses décisions.

2 Chacun son tour

  • Attirez l’attention de votre enfant en l’appelant par son nom ou en établissant un contact visuel.
  • Interagissez avec lui par une phrase simple adaptée à son âge, par exemple en lui disant « Que c’est beau! », « Bravo! » ou « À mon tour! ». Vous pouvez aussi faire des sons, par exemple pour imiter le bruit que ferait son jouet : « Boum! », « Vroum! », « Miaou! ». Ces sons le surprennent et l’amusent. Posez-lui des questions simples (« Que fait ton ourson? ») ou donnez-lui de petites consignes (« Lance le ballon! »). Variez les façons de communiquer pour qu’il comprenne mieux le jeu et ses possibilités.
  • Attendez sa réponse. Laissez-lui du temps pour réagir par un geste, un son, un sourire ou un simple regard.
  • Même s’il ne répond pas, poursuivez la conversation par un autre son, une exclamation, une question ou une consigne.
  • Multipliez les échanges autour d’un même point d’intérêt pour l’encourager à communiquer.

3 Je suis capable tout seul

Votre enfant adore faire les choses par lui-même. De cette manière, il développe sa force et ses capacités, repousse ses limites et prend confiance en lui.

Pour favoriser son autonomie…

  • Observez ses efforts, et venez-lui en aide seulement lorsqu’il montre de la frustration.
  • Installez-vous avec lui de manière à commenter ce qu’il fait si vous en avez envie. Parfois, jouer en silence est tout aussi amusant!
  • Encouragez ses efforts.

Ainsi, votre attitude renforcera le plaisir et le sentiment de fierté de votre enfant dans les moments de jeu et d’apprentissage.

Encouragez clairement les efforts de votre enfant plutôt que ses résultats. Dédramatisez aussi les moments plus difficiles. Si votre enfant n’arrive pas à faire une activité, vous pouvez lui dire : « C’est difficile! » ou « Ces blocs sont des coquins, ils glissent tout le temps! » Vous faites ainsi porter la faute d’un échec sur les jouets ou sur l’activité plutôt que sur l’enfant. Montrez à votre enfant qu’il vous arrive aussi d’échouer dans une activité, par exemple en faisant tomber tous les blocs. Il apprendra ainsi que ce sont des choses qui arrivent à tout le monde.

 

 

Demandez de l’aide au besoin

Si votre enfant a du mal à développer sa motricité malgré toutes les stratégies que vous mettez en place, faites appel à un professionnel de la santé (physiothérapeute, ergothérapeute, médecin…) qui pourra vous aider.

 

 Révision scientifique: Audrey Duquette, psychoéducatrice et Perrine Peckre, ergothérapeute.
Recherche et rédaction: équipe MAQ
février 2018

Nous rejoindre

Veuillez nous faire part de toute question ou commentaire et nous vous contacterons dans les plus brefs délais.